L’origine d’une bête de scène

Jérémy voit le jour à Paris et a tôt fait de se démarquer, autant par sa taille que par sa volubilité ! Il grandit (beaucoup) à Dijon, où il devient rapidement aussi savoureux que la célèbre moutarde. Il choisit de s’installer à Montréal, où il est subjugué par l’humour québécois. La scène l’appelle et le public remarque son indéniable plaisir de jouer.

Une ascension drôlement fulgurante

Tout explose en 2008, lorsqu’il est invité à participer au Grand Rire de Québec, où son numéro sur la virilité québécoise lui vaut la mention Révélation de l’année. Il gagne ensuite la première place du concours En route vers mon premier Gala Juste pour rire, où il obtient une participation au gala animé par Mike Ward et Patrick Groulx. Avec son numéro sur la chanson « Je l’aime à mourir » de Francis Cabrel, il séduit le public qui lui offre sa première grande ovation debout... Qui fut loin d’être la dernière.

Après quelques années à performer sur une foule de scènes, plateaux et événements, l’humoriste entame 2012 en lion — apparaissant partout lors de la 30e édition du Festival Juste pour rire. En plus de présenter le Cabaret des Maudits Français de Zoofest, Jérémy brûle les planches au Gala Juste pour rire ainsi qu’à l’Événement JMP.

 
« Un être au bonheur facile,
à l’énergie contagieuse... »
 

Au-delà du rire, il veut montrer à toutes et tous comment voir la vie sous un jour meilleur. Son premier spectacle, « Ça arrête pu d’bien aller ! », lancé en mai 2013 est exactement à son image ; un être au bonheur facile, à l’énergie contagieuse et possédant une volonté de communiquer à tous et toutes sa profonde joie de vivre. Jérémy vend tout près de 100 000 billets, consacrant ses efforts et sa démarche humoristique. Ce succès lui vaut aussi le plaisir et l’honneur de faire les premières parties du spectacle Oh my Gad, de Gad Elmaleh, à l’Olympia de Montréal.

J’aime, donc je suis

Dans la foulée de sa créativité naît un des projets clés de sa notoriété sur les médias sociaux ; le Demayrathon ! Ceci propulse sa page Facebook, qui trône maintenant parmi les plus populaires des humoristes québécois avec plus de 350 000 fans.

Des mots contre des maux

En novembre 2015, Jérémy lance son premier livre, « La Liste », qui met en valeur et en relief son parcours ainsi que ses apprentissages afin de bien vivre sa vie. Dans le temps de le dire, sa publication se transforme en « best-seller », écoulant plus de 50 000 exemplaires au Québec.

Sur nos écrans

On peut affirmer sans prétention que Jeremy est un artiste qui est aimé partout où il passe. On a pu le voir animer l’émission Me connais-tu, à Canal Vie, et être aussi le bienvenu sur de nombreux plateaux télé tout au long de l’année 2015, que ce soit à Génial!, Ce soir tout est permis, En Mode Salvail, Dans ma tête, où il présente la reconstitution de son numéro de spectacle sur les hémorroïdes, Pour le plaisir, Pénélope McQuade, Ma maison Rouge, La Guerre des clans, Le Bon Mix, Signé M, Sucré Salé, Salut Bonjour, Deux filles le matin, ou Les Échangistes. En 2016, on le voit notamment à la barre de l’émission Buzz, présenté sur les ondes de MusiquePlus, mais aussi sur la campagne nationale du Grand Angus de McDonald’s Canada. Sa publicité se retrouve à la radio, à la télévision, sur le web et en affichage. Sur une note plus musicale, on peut voir Jérémy interpréter des chansons originales du groupe britannique Stay Strong Brothers, créé pour une campagne de Danone.

Et ça se poursuit!

L’année 2017 s’annonce chargée pour Jérémy Demay ! Après le succès fulgurant de son premier One Man Show, Jérémy achève les derniers détails de son second spectacle solo, Vivant. Abordant les moments positifs comme difficiles de notre quotidien, ce spectacle promet d’offrir un véritable hymne à la vie!